Le SACER, nouvelle force congolaise.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Comment la mafia Sassou-Nguesso noie-t-elle la démocratie congolaise ?

Message  Lion du Mippes le Mer 12 Fév - 1:52

Comment la mafia Sassou-Nguesso noie-t-elle la démocratie congolaise ?


Par Amédé Deleau Loemba, Représentant Afrique du Service d'Action Civique Et de Résistance (SACER).



1/ Par le terrorisme d’État.

La famille Sassou Nguesso terrorise la population congolaise. C'est sa marque de fabrique. Elle harcèle les acteurs concrets du progrès, qu'ils soient politisés ou non. Ainsi, si un congolais lambda veut investir et développer un terroir, son plus grand ennemi sera l'Etat ! En effet, un simple citoyen ne doit surtout pas se rendre populaire sur des bases saines ! Le Congo est mené d'une main de fer et la torture y est banalisée. Il ne fait donc vraiment pas bon être un véritable opposant ou un résistant à la misère imposée. C'est pourtant le seul choix possible, le seul choix moral : c'est le choix de la Dignité et de l'Honneur.
La conséquence de ce terrorisme d’État, c'est que les opposants réels sont obligés de se cacher pour se protéger. Les menaces fusent. La douleur et la mort guettent. Naturellement, les moyens de ces combattants pour la Justice et la Liberté sont coupés. Il leur arrive d'être spoliés ou assassinés car tous les moyens sales sont utilisés pour les traquer. N'oublions pas que la richesse du Congo n'est jamais utilisée pour le bien-être des populations. Malgré les puissances inouïes contre lesquelles ils combattent, les véritables opposants ne cèdent rien à la dictature. Ils puisent leurs forces en eux-mêmes et dans la justesse de leur lutte qui fait leur fierté. Oui, le Congo dispose de gens dignes qui gardent les mains propres, contrairement à ce que certains s'acharnent à faire croire au peuple.

2/ Par la corruption.

Ce moyen est très largement utilisé au Congo Brazzaville. Les partis d'opposition sont financés par le pouvoir en place pour alimenter la parodie de démocratie censée tromper l'opinion publique internationale. En réalité, il n'y a rien à attendre de ces partis qui participent activement à cette escroquerie grossière. Souvent, les militants sont conscients des réalités. Il leur arrive fréquemment de quitter leur parti, machine à perdre les élections parmi d'autres. Les grandes têtes de l'opposition dite « démocratique » sont des acteurs à part entière du jeu cynique de la dictature. Il faut croire que les titres et l'argent ont une saveur et une odeur auxquelles ces personnalités faibles n'ont pas su résister. La famille Sassou Nguesso est-elle masochiste ? Faites-lui mal, elle va vous donner de l'argent !
Mais ne nous y trompons pas : qu'ils soient opposants officiels ou collaborateurs déclarés, ces gens-là ne sont que des boys zélés. Ils sont les complices honteux de ce système familial minable qui tue les congolais. De plus, les nombreux partis politiques congolais ne sont que des coquilles vides. Les partis dits « d'opposition » sont les idiots utiles du dictateur Sassou Nguesso. Leurs leaders se distinguent par leur petitesse d'esprit. Dès lors, il est aisé de comprendre le sentiment de méfiance, voire de défiance, qu'a le peuple congolais envers une classe politique qui a maintes fois prouvé ses défaillances. Le peuple est dégoûté de cette sphère politique vicieuse et perverse. Il a raison. C'est parce que nous voulons changer cela et parce que l'établissement politique est paralysé que nous avons créé le Service d'Action Civique Et de Résistance (SACER). Le SACER s'attaque aux causes de la misère congolaise : nous travaillons donc à la chute de la dictature et à l'assainissement de la vie politique congolaise. Il y a urgence car la putréfaction des institutions étatiques congolaises est avancé !

3/ Par la démotivation.

Du constat fait ci-dessus d'une vie politique immorale (voire amorale) naît un effet indésirable : cela décourage les bonnes volontés et les honnêtes gens. Ce découragement est global. Il est bien sûr fortement encouragé par la dictature qui ne reconnaît ni le travail, ni l'effort. Il y a tant de mérites et de talents noyés dans l'indifférence mafieuse d'un pouvoir incompétent et veule lorsqu'il s'agit de travailler pour le bien commun... Les manœuvres malsaines du pouvoir pour diviser le peuple congolais ne font qu'alourdir ce sentiment négatif de découragement.

Conclusion : que faire ?

Il est grand temps d'agir et d'être utiles. Il est impératif de garder espoir, de penser positif et d'aller de l'avant en évitant les pièges de nos ennemis. Tromper, c'est la religion de la famille Sassou Nguesso. Nous ne nous laisserons pas prendre.

Nous ne sommes pas non plus des victimes passives et soumises, nous sommes la véritable opposition !

Nous sommes la voix des ceux qu'ils veulent faire taire par tous les moyens !

Nous sommes le rassemblement de ceux qui se sont donné un objectif clair : débarrasser le Congo de la dictature et de ses engeances ! Il est temps de s'activer car personne ne le fera à notre place ! Nous devons restaurer la souveraineté nationale.

L'heure du choix a sonné :

soit vous êtes pour Sassou Nguesso, soit vous êtes contre.

Nous, au SACER, nous sommes contre et ne transigerons pas. Nous avancerons vaille que vaille car notre combat est juste et noble.



Si vous prétendez défendre le peuple, vous êtes contre Sassou Nguesso de manière radicale.

Qu'ils soient économiques ou de droit commun, les crimes de Sassou Nguesso et de ses sbires ne sont plus à prouver au peuple congolais.

Si vous êtes vraiment contre ces effrontés, vous ne pouvez plus accepter cette passivité meurtrière, meurtrière car elle laisse le champ libre aux tueurs.

Ne rien faire, c'est nourrir la dictature.

Ne rien faire est une complicité de fait aux ennemis du progrès.

Rappelez-vous aussi : on ne construit pas le présent avec les mauvais perdants du passé.

Sachez que SACER rime avec faire. Nous sommes organisés, nous avons les mains propres et nous vaincrons parce que le Congo n'a pas d'autre perspective.

Pour la construction du Congo, chaque bonne volonté a un rôle à tenir. Chacun doit en être conscient pour qu'à chaque niveau de la société congolaise, il y ait les hommes et les femmes qu'il faut à la place qu'il faut.

Nous savons que rien ne se fait sans effort.

Alors, pour la République, pour la Justice et pour le Peuple Congolais, en avant !



Amédé Deleau Loemba.

Représentant Afrique du Service d'Action Civique Et de Résistance (SACER).
avatar
Lion du Mippes
Admin
Admin

Messages : 89
Date d'inscription : 26/02/2011

Voir le profil de l'utilisateur http://mippes.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum